Par ZackLa vie

L’héritage colonial : Impact sur la paix et l’unité en Afrique

Au sein de la quête constante pour comprendre l’histoire complexe de l’Afrique, un regard scrutateur se pose sur l’héritage colonial et son influence dévastatrice sur les sociétés jadis paisibles et harmonieuses. À travers une analyse approfondie, nous explorons les retombées de la présence internationale sur le continent, en nous penchant sur le cas frappant du Rwanda voisin.

La prise de pouvoir sur l’Afrique par les occidentaux

Ils se sont partagés l’Afrique telle une part de pizza

L’histoire prend ses racines en 1884 à Berlin, lorsqu’un groupe d’individus s’engage dans des discussions autour de la découpe de l’Afrique en portions à partager entre les puissances coloniales européennes. Un continent riche en diversité, cultures et peuples se voit morcelé en fonction des intérêts étrangers, trahissant ainsi les valeurs de volonté et d’harmonie qui prévalaient auparavant.

Le Rwanda, qui constitue le foyer de cette étude, a été le témoin de changements profonds sous l’influence étrangère. Jadis une nation où chacun connaissait sa place, où régnait la paix et la coopération, cette réalité a été brutalement altérée par les ambitions coloniales. Après les Allemands, les Belges sont arrivés en 1918, laissant également leur empreinte en fractionnant la population rwandaise en tribus artificielles, alimentant ainsi les tensions et les divisions internes.

A Lire: Tensions et injustices : L’affaire du Chinois arrêté au Rwanda révèle des problèmes profonds de respect et d’équité

Diviser pour régner : les manipulations coloniales et la tragédie du Rwanda

Mesurer la longueur du nez: une technique pour diviser les peuples

L’arrivée des Belges et de leurs missionnaires catholiques avait pour objectif de “civiliser” les Rwandais, mais leurs efforts ont pris une tournure beaucoup plus sinistre. Ils ont délibérément alimenté la discorde et l’hostilité au sein de la population. Leur méthode impliquait l’utilisation de calibres pour mesurer la longueur des nez des individus, créant ainsi des groupes (tribus) sur la base de cette caractéristique.

Par ailleurs, une autre méthode de division mise en lumière était l’introduction de cartes d’identité spécifiant l’ethnie de chaque individu, transformant les Rwandais en membres de tribus distinctes. Cette manipulation a considérablement exacerbé les antagonismes entre ces groupes nouvellement formés, sapant les fondements d’une société qui avait autrefois prospéré dans l’harmonie.

Il est également important de mentionner la manipulation des tribus par les puissances coloniales. Les Belges ont encouragé certaines tribus à soutenir leurs propres intérêts, renforçant ainsi les divisions et les alliances changeantes. Cette stratégie a engendré une polarisation profonde de la société, alimentant des rivalités perpétuelles, et ces tensions ont finalement atteint leur point culminant dans la tragédie du génocide de 1994.

Réflexions à travers l’histoire du Rwanda

L’histoire du Rwanda révèle l’impact de l’intervention internationale en Afrique. En effet, elle a causé la désintégration sociale et la division et a semé la discorde dans des sociétés autrefois harmonieuses. Ainsi, au cœur de cette exploration, émerge la compréhension que l’histoire complexe de l’Afrique, marquée par l’intervention étrangère, a engendré à la fois des souffrances et des résistances admirables. Les leçons du passé servent à la fois de miroir et de guide pour les générations présentes et futures, dans la quête d’une Afrique unie et épanouie, préservant son héritage tout en écrivant son propre avenir.

Totalement inspiré de la vidéo de Zack Mwekassa

Reports

Découvrez le passionnant monde des articles présentés par Zack Mwekassa, une figure emblématique de la boxe et du kickboxing ! Plongez-vous dans un univers captivant où chaque texte est une fenêtre ouverte sur des sujets variés, allant de la géopolitique africaine aux questions de vie et de société.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page