AfriquePar Zack

Soudan: L’OMS alerte sur un risque biologique après l’occupation d’un laboratoire opérationnel par des combattants armés

Des micro-organismes potentiellement dangereux, initialement destinés à contaminer uniquement les animaux, ont été manipulés dans un laboratoire au soudan, dans le but de les rendre transmissibles aux humains. Cette manipulation vise à créer des antidotes pour protéger les humains en cas de contamination accidentelle.

Le Soudan a récemment été le centre d’un événement très préoccupant. L’OMS a lancé une alerte sur un risque biologique majeur suite à l’occupation d’un laboratoire public par des combattants armés. Ces laboratoires, connus sous le nom de “biolab“, sont des installations où des virus et des bactéries dangereux, capables de détruire toute une communauté d’humains sont étudiés. Ils contenaient des agents pathogènes tels que la rougeole, le choléra, la poliomyélite, le virus Ebola et bien d’autres.

Quoique l’existence de ces laboratoires au Soudan n’était guerre officiellement connu par le Parlement soudanais, les chercheurs eux, par contre sont confiants des aboutissants de leur études. Il affirmaient que, mener ces recherches permettra ainsi de mieux comprendre le fonctionnement de ces virus et trouver des moyens de contrôler leur transmission chez les humains.

Il est important de noter qu’il n’y a qu’un nombre très limité de ce type de laboratoire qui se trouvent à des endroits bien répertoriés. Cependant de récentes recherches nous ont laissé voir qu’en Afrique, il existe des laboratoires qui ne sont répertoriés.

Les inquiétudes liés au niveau de sécurité de ce laboratoire

Soudan : l’OMS s’inquiète d’un risque biologique

Par ailleurs, on craint un risque élevé de contamination. En 2019 nous avons été confrontés à une crise sanitaire pendant laquelle tout le monde a dû être confiné chez soi ou dans un centre hospitalier. Cette crise biologique avait été causée par le virus de la covid-19 venu d’un “biolab”, qui s’était ensuite propagé et qui avait mis les scientifiques en sueur car ceux si n’arrivaient pas a élucider le mystère que le virus avait apporté. Des études ont révélé que le virus s’était échappé d’un laboratoire de niveau de sécurité P4.

Il en est de même pour ce laboratoire du Soudan car celui-ci n’est pas équipé d’un système de sécurité approprié pour la manipulation de ce type de virus. De même, il est très inquiétant de constater que ces laboratoires qui sont censés être hautement sécurisés, sont maintenant entre les mains de combattants armés. Cette situation crée un risque biologique énorme et la propagation accidentelle de ces agents pathogènes pourrait avoir des conséquences dévastatrices dans toute la région de l’Afrique de l’Est.

A Lire: Les OGM: avantage ou menace pour l’agriculture africaine

Le laboratoire reconverti en base militaire

Abdel Fattah Al Burhan et Mohamed Hamdan Dagalo dans une guerre pour le pouvoir

Tout a commencé avec cette rivalité entre deux généraux qui se disputaient la gouvernance du pays. En effet, il s’agit là du général Abdel Fattah Al Burhan et du général para militaire Mohamed Hamdan Dagalo qui ont décidé d’entrer en guerre dans le but de déterminer le plus apte à diriger la nation.

Une des parties combattante a donc réquisitionné ce laboratoire pour y faire sa base militaire. C’est à cet effet que l’OMS a fait une sortie médiatique en soulignant que la situation est extrêmement dangereuse. Il affirme que le laboratoire contenait des échantillons des agents pathogènes de la poliomyélite, du cholera, du virus Ebola et bien d’autres. Une situation périlleuse car les risques biologiques sont désormais énormes au Soudan.

La nécessité de prendre des mesures adéquates

Bien que la recherche scientifique puisse apporter des avantages considérables et bénéfiques, elle peut aussi être dangereuse pour les populations. Il est donc primordial de prendre en compte que de telles manipulations sont effectuées dans un cadre réglementé et sécurisé. Aussi, il serait judicieux de prendre des mesures adéquates pour prévenir les accidents et protéger la santé publique.

Il est essentiel que les autorités sanitaires internationales prennent des mesures urgentes pour évaluer les risques biologiques liés à cette occupation du laboratoire au Soudan. La collaboration entre les organismes de santé et les gouvernements est nécessaire afin de  garantir la protection des populations contre de telles menaces.

En outre, il demeure indispensable de prendre des initiatives pour protéger ces laboratoires contre tout accès non autorisé. De plus renforcer le niveau sécurité afin d’éviter toute propagation accidentelle des maladies potentiellement dangereuses.

Totalement inspiré de la vidéo de Zack Mwekassa

Reports

Découvrez le passionnant monde des articles présentés par Zack Mwekassa, une figure emblématique de la boxe et du kickboxing ! Plongez-vous dans un univers captivant où chaque texte est une fenêtre ouverte sur des sujets variés, allant de la géopolitique africaine aux questions de vie et de société.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page