AfriquePar ZackDiplomatie

Le Mali abandonne le français comme langue officielle, une décision audacieuse vers l’authenticité culturelle

Le Mali a récemment pris une décision audacieuse en abandonnant le français comme langue officielle du pays, une étape marquante vers l’authenticité culturelle et la souveraineté linguistique. Avec l’adoption d’une nouvelle Constitution, le français ne sera plus la langue officielle, mais restera la langue de travail. Le Français est la langue officielle au Mali depuis 1960. Cette mesure a été prise après un référendum où une écrasante majorité de 96 % des voix s’est prononcée en faveur de ce changement. A la place, 13 autres langues recevront le statut de langue officielle.

Le processus de transition vers une autre langue officielle se veut délicat et progressif. Le Mali compte pas moins de 70 autres langues nationales parlées dans le pays dont le bombara, le bobo, le dargon et le maninké, ce qui rendra la transition vers une nouvelle langue officielle complexe et nécessitant du temps. Toutefois, le gouvernement malien reste déterminé à préserver son identité culturelle et son authenticité en favorisant l’usage de ses langues nationales.

Tensions avec la France: Le Mali veut bannir l’ingérence française dans tous les domaines

Le Mali exige le départ des troupes françaises venues “combattre le terrorisme”

Cette décision fait suite à une période tumultueuse marquée par des conflits et des luttes contre le terrorisme dans la région du Sahel. Le gouvernement actuel du Mali a été mis en place dans l’objectif de trouver des solutions permanentes pour le bien-être de la population malienne, ce qui a suscité des tensions avec la France, qui était déjà impliquée dans la région.

En effet, les Maliens ont accusé la France d’incompétence, de duplicité et de déstabilisation, affirmant que des preuves existent montrant que la France fournissait des informations et des armements aux groupes terroristes. Le gouvernement malien a même tenté de présenter ces preuves aux Nations unies, mais elles ont refusé la tenus d’une audience spécifique. Malgré les tensions, le Mali a persisté dans son désir de se libérer des influences étrangères et de retrouver sa souveraineté. L’objectif de la France était en réalité d’asphyxier l’économie malienne pour pousser à un changement de gouvernement. Cependant, la population malienne a montré sa résilience en restant unie et en refusant de se laisser manipuler.

A Lire: La vice-présidente de Colombie annonce l’enseignement du Swahili dans les écoles, suscitant un débat national

La décision du Mali d’abandonner le français comme langue officielle ouvre la voie à un débat plus large sur l’importance de préserver les langues africaines et de promouvoir leur utilisation. Le choix du swahili en Tanzanie, utilisée dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Est, ou du kinyarwanda au Rwanda, par exemple, montre que certains pays africains reconnaissent l’importance de préserver leur identité linguistique en utilisant des langues nationales riches et variées.

Un pas vers l’autonomie culturelle et linguistique

Pour un nouveau départ: Assimi Goita, président du Mali promeut l’identité culturelle et linguistique

Le rejet de la francophonie en faveur de la promotion des langues nationales est également un moyen pour les Africains de retrouver leur identité culturelle. Beaucoup considèrent que les noms français importés ont contribué à altérer leur identité originelle, et la décision du Mali d’abandonner le français envoie un message fort en faveur de la réclamation de cette identité.

Certains critiques s’interrogent sur la faisabilité d’une telle transition, étant donné que le français est profondément enraciné dans les systèmes éducatifs et administratifs du Mali. Cependant, le gouvernement malien est conscient que cette transition prendra du temps, mais il reste convaincu que c’est un pas nécessaire vers une plus grande autonomie culturelle et linguistique.

Le choix du Mali de privilégier ses langues nationales et d’abandonner le français comme langue officielle suscite un grand intérêt parmi les pays africains. Il est possible que d’autres nations africaines s’inspirent de cette démarche courageuse pour préserver leur identité culturelle et linguistique.

Enfin, la décision du Mali d’abandonner le français comme langue officielle est une étape audacieuse vers la préservation de l’authenticité culturelle et linguistique du pays. Bien que cela demande du temps et des efforts, le Mali reste déterminé à faire de cette transition un succès. Cette décision pourrait également inspirer d’autres pays africains à réaffirmer leur identité culturelle et linguistique en privilégiant leurs langues nationales.

Totalement inspiré de la vidéo de Zack Mwekassa

 

Reports

Découvrez le passionnant monde des articles présentés par Zack Mwekassa, une figure emblématique de la boxe et du kickboxing ! Plongez-vous dans un univers captivant où chaque texte est une fenêtre ouverte sur des sujets variés, allant de la géopolitique africaine aux questions de vie et de société.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page