AfriquePar ZackcélébritéGéo-politique

Décision historique au Kenya: Interdiction des OGM pour assurer la sécurité alimentaire et préserver l’environnement

Le tribunal de grande instance du Kenya vient de rendre une décision très importante concernant l’importation et la distribution de cultures génétiquement modifiées, également connues sous le nom d’OGM. Une ordonnance inductive interdisant l’importation et la distribution de la culture et de la nourriture OGM a été rendue dans la décision du juge. Il a ajouté que la décision entrerait en vigueur la semaine qui suivrait l’annonce.

Auparavant, le Kenya avait autorisé l’importation des OGM face la crise de sècheresse qui s’était abattue sur ce pays. En effet, depuis de nombreuses années, le pays subit des changements climatiques sévères et le manque de pluies accroissait le taux de famine dans la zone. Sur près de 50 millions d’habitants kenyans, plus de 4 millions étaient en manque de nourriture. De nombreux éleveurs perdaient aussi leurs bétails car ceux ci n’étaient pas constamment hydratés et bien nourris. C’est donc pendant cette période de crise que l’Etat kenyan avait autorisé l’entrée des OGM sur leur territoire. Mais aujourd’hui, la situation est tout autre.

OGM et sécurité alimentaire : Entre promesses de productivité et craintes de dépendance

Les africains devront racheter des semences auprès de l’Occident

Ces organismes dont l’objectif est de rendre les cultures plus résistantes aux parasites et aux maladies, ont été présentés comme une solution pour améliorer la productivité agricole. Cependant, certains parlementaires kenyans ont résisté à cette idée, considérant les risques potentiels de la culture de ces plantes génétiquement modifiées.

Le débat sur les OGM est complexe, impliquant des enjeux économiques, environnementaux et sociaux. Certains acteurs soulignent les avantages potentiels de ces cultures pour lutter contre la faim et les difficultés climatiques, tandis que d’autres mettent en garde contre les risques de dépendance économique et de perte de biodiversité. En effet les agriculteurs se plaignent du fait que les semences de ces OGM ne peuvent pas être réutilisés pour une seconde fois. De plus, lors de la pollinisation, le pollen des plante des OGM vont aller contaminer les plantes qui poussent naturellement. Ceci engendre un grand mécontentement car les agriculteurs qui font pousser leur aliments naturellement ne pourront pas réutiliser leurs semences les années prochaines et seront donc obligés d’en acheter aux américains

A Lire: Les OGM: avantage ou menace pour l’agriculture africaine

Bill Gates promeut les OGM en Afrique : cultures plus productives et résistance aux maladies au cœur du débat agricole Kenyan

Bill Gates, promoteur des OGM

L’un des plus grands promoteurs des OGM est monsieur Bill Gates. Il s’est adressé au media kenyan dans une université en déclarant que ces cultures sont plus productives et résistantes aux maladies que 99 % des cultures traditionnelles de l’ouest. ”Chaque morceau de pain que j’ai mangé provient de blé modifié par les OGM”: rajoute t-il. En Afrique, plus de 30% des enfants lorsqu’ils grandissent, à cause de déficit alimentaire, leurs capacités mentales et physique sont affectées. La productivité du maïs au Kenya est faible. Un problème qui doit être résolu par l’adaptation de la technologie dans l’agriculture. En plus, le gouvernement devrait aider, les petits agriculteurs à accéder aux crédits et à adapter la technologie de stockage d’eau pour stimuler la productivité: a t-il déclaré.

Par ailleurs nous avons aussi certains politiciens Kenyan qui soutiennent l’idée d’instaurer cette idéologie d’OGM au Kenya. Cependant nombreux sont ceux là qui pensent que ces politiciens ont été corrompu dans le but d’être en phase avec ce projet.  Si non comment expliquerions nous que des africains avec toutes leurs capacités mentales puissent défendre des intérêts qui ne sont pas les leurs?

A Lire:« Bibi » : Un homme aux multiples ambitions controversées

Le passé comme prédicteur de l’avenir

Microsoft explorer crée par Bill Gates

Pour savoir ce que quelqu’un fera demain, regardez ce qu’il a déjà fait dans le passé. Pendant les années 1990, le gouvernement américain avait poursuivit Microsoft, la plate forme de Bill Gates pour avoir tenter de monopoliser le marché des ordinateurs personnels. L’accusation portée par la société concernait des articles qui permettrait aux gens d’avoir un marché ouvert et non monopolisé par un particulier. Ce qui s’est produit, c’est que Microsoft en tant que créateurs d’ordinateurs a délibérément rendu complexe pour un client, après l’achat de sa machine, le processus de téléchargement d’autres moteurs de recherche tels que Chrome ou Yahoo pour naviguer sur Internet. Ils ont également compliqué la suppression de Microsoft Explorer de cet ordinateur. Ce qui monopolisait le pouvoir de vente de Bill Gates au détriment des autres plate formes.

Une situation similaire s’est également produit en République démocratique du Congo (RDC) avec les réseaux de communication. Par exemple, lorsque quelqu’un achetait un téléphone portable chez MTN, cette personne était contrainte de passer uniquement par ce réseau pour passer des appels. Cette situation a conduit les populations à devoir posséder deux téléphones pour accéder à deux réseaux différents. Cependant, il a fallu que le président Kabila intervienne en interdisant ce système et en ordonnant son changement. C’est à partir de ce moment-là que l’autorisation a été donnée pour qu’un téléphone puisse être équipé de deux cartes SIM différentes.

Regards croisés sur l’homosexualité forcée et les OGM au Kenya: Des politiques de contrôle des Occidentaux

Penchons-nous sur l’Occident, plus précisément les États-Unis ; est-ce que tout y est idéal ? Les Américains sont arrivés en Afrique en promouvant l’acceptation de l’homosexualité, une approche en conflit avec les valeurs culturelles et religieuses locales. À présent, ils tentent de persuader le Kenya que l’adoption des OGM est une idée révolutionnaire. Bien sûr, elle l’est, mais peut-on ignorer les possibles conséquences à long terme de la consommation d’organismes génétiquement modifiés sur la santé des Africains ? Peut-on être sûrs que le Kenya sera toujours en mesure d’accéder à des semences génétiquement modifiées chaque année ? Ces interrogations restent sans réponses claires. Les détracteurs de cette idée soulignent les potentielles retombées sur l’environnement et la biodiversité, ainsi que les risques inhérents à la sécurité alimentaire à long terme.

Cependant, le débat sur les OGM est complexe, impliquant des enjeux économiques, environnementaux et sociaux. Certains acteurs soulignent les avantages potentiels de ces cultures pour lutter contre la faim et les difficultés climatiques, tandis que d’autres mettent en garde contre les risques de dépendance économique et de perte de biodiversité.

Il est essentiel que les décisions concernant les OGM soient prises en tenant compte de tous les aspects et en évaluant soigneusement les conséquences à court et à long terme. La question de la sécurité alimentaire et de la préservation de l’environnement est cruciale pour le Kenya et pour d’autres pays confrontés à des défis similaires.

Totalement inspiré de la vidéo de Zack Mwekassa

Reports

Découvrez le passionnant monde des articles présentés par Zack Mwekassa, une figure emblématique de la boxe et du kickboxing ! Plongez-vous dans un univers captivant où chaque texte est une fenêtre ouverte sur des sujets variés, allant de la géopolitique africaine aux questions de vie et de société.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page